• Johanna

Choisir de continuer à travailler

Dans la vie, il y a des choix compliqué à faire.

Celui qui me questionne parfois, est celui de continuer à travailler, en tant que maman d'enfant aux besoins spécifiques.


Car travailler à temps complet, lorsque l'on est parent d'enfant différent, relève souvent du miracle. On remarquera et on lira souvent, que le choix des parents, devenus aidants, est que l'un d'entre eux - souvent la maman - laisse de côté sa vie professionnelle.

Dans le but de réussir à jongler entre l'école, les rendez-vous, les dossiers administratif, ils ont du faire ce choix assumé et fier, mais parfois c'est une réelle contrainte.

Pour ma part, je tente de relever le défi aussi longtemps que ce sera possible, et je l'espère pour toujours.

J'ai eu la chance, pendant les 6 premières années d'Emma, de travailler avec un employeur ultra compréhensif, qui m'a permis d'alléger mes horaires que ce soit, pour aller aux rendez-vous de suivi avec l'orthoptiste, de psychomotricité, d'opthalmo ou encore avec l'école lors des ESS.

Mais cela a un impact sur la vie professionnelle de l'aidant. Et en l'occurrence sur ma vie professionnelle. J'ai souhaité évoluer dans mon poste, mais cela n'a pas été possible par manque de mobilité, mais je suis passée à 39 heures, en 4 jours et demi. L'idée était de conserver le mercredi matin de libre pour pouvoir rester avec Emma, qui est très fatigable, et pour qui, le temps du repos est une nécessité.


Mais dans la vie il y a des choix à faire. Et j'ai donc choisi de quitter cet emploi dans les jours qui arrivent pour reprendre un poste à 35 heures, et avec des horaires plus souples le matin. Moi qui n'ai que très rarement eu l'occasion d'accompagner ma fille à l'école le matin, je suis ravie de pouvoir à présent me consacrer à elle. Faire la transition maison-AESH-école et de pouvoir ralentir le temps du matin était devenu une réelle nécessité pour elle comme pour moi. La course contre le montre du matin est compliqué dans toutes les familles, mais avec un enfant différent, tout est plus compliqué. Alors certes, je perds ce mercredi matin, mais je pense que c'est au bénéfice de tous les autres matins ou nous aurons le temps de nous faire un câlin ailleurs que sur le pas d'une porte.


Alors à partir du 02 novembre, fini les pleurs au réveil à 6h45, fini les pleurs pour s'habiller, et partir chez nounou. Fini les pleurs le soir car on ne se voit pas beaucoup.

Et Bonjour à cette nouvelle vie qui s'offre à moi, et à nous trois.


Et vous, avez-vous été contraint(e) de faire le choix de réduire voir stopper votre activité pro ? Comment le vivez-vous ? Dites moi tout en commentaires !

51 vues

Posts récents

Voir tout
  • Instagram